Qui êtes vous? de l’épreuve de la maternité

Elisa tete

L’autre jour, j’étais dans le TGV avec ma veste de femme d’affaires et ma sempiternelle sacoche de consultante. Je montais juste dans le wagon quand je fus dérangée par le spectacle d’une femme accroupie au sol. Je voulais m’installer au plus vite car j’étais fatiguée de toutes ces heures à piétiner.

Cette femme n’avait rien de banal, elle s’essoufflait tout en essayant de fermer une poussette. Elle portait dans un Baby-Cosy un bébé de un mois, et, à elle seule, il lui fallait porter son sac à dos, son sac à mains, son bébé et d’une certaine façon, toute sa vie …

Elle me faisait de la peine, pas seulement pour elle, mais aussi parce qu’elle me rappelait le zombie que j’avais moi-même été pendant les deux premiers mois de mes enfants. J’en avais les larmes aux yeux. Je me suis lancée à son secours, ai attrapé son billet, la petite couverture du bébé, et je l’ai accompagnée en lui disant que moi-même j’étais passé par là et que je savais ce que c’était.

Le bébé n’a pas arrêté de pleurer pendant tout le voyage. J’essayais de ne pas me retourner pour qu’elle ne se sente pas plus mal et je me remémorai ce temps où moi-même, je ne voyais pas la sortie du tunnel : quels moments éprouvants, ces premiers mois qui furent les pires de ma vie et auxquels je n’avais pas été préparée.

Je vois très souvent de ces zombies, des femmes au regard vide qui viennent de devenir mères, et j’ai le souvenir de ces moments où je ne me retrouvais pas, où je regardais dehors et où j’en avais le vertige qu’une personne puisse à ce point dépendre de moi.

Ce n’est rien de se marier. Par contre c’est autre chose de donner la vie et d’une certaine façon « perdre » la sienne pendant les premiers mois du bébé.

Soyez solidaires, ne laissez pas ces femmes se transformer en zombies. Ne faîtes pas comme si de rien n’était et ne dîtes pas que c’étaient les plus beaux moments de votre vie si tel n’est pas le cas. Dîtes la vérité à vos amies et à vos filles, que la maternité est une épreuve.

Ne soyez pas « politiquement correcte », apprenez leur à ne pas jouer la comédie mais à être elles mêmes surtout dans les premiers moments de la maternité.

Parlez-en, dîtes le , criez le , mais surtout ne vous taisez pas.

Et vous, qui êtes vous ?

 

Free yourself