Culture et liberté

Culture

Aujourd’hui, TFMP accueille Sebastien, français et espagnol de Coeur, marié et père de deux enfants, vivant à Madrid. Passionné de lecture et notamment d’histoire, il est féru de Rugby et s’exprime sur la culture et la liberté.

Lorsque les Nazis occupèrent Paris et la France, le très fameux Sacha Guitry les avertit qu’ils pouvaient toujours nous prendre ce qu’ils voulaient, il nous resterait à jamais ce qui, en fait, avait à ses yeux le plus de valeur : notre culture.

Il avait diablement raison ce que nous avons en nous, notre culture, nos pensées, apprises et développées tout au long de notre vie, est ce qui nous rend différent, libres et tellement humains.

Il y a bien des manières d’apprendre des choses, mais rien ne remplace un livre. Oh bien sûr je n’ai rien contre les tablets (et autres objets du même acabit): elles peuvent être très utiles (parfois)…mais un livre, mince, ça reste quand même un livre.

La lecture, en plus d’être un passe-temps reposant, nous permet de réfléchir, penser, rêver sur nous-mêmes….par nous-mêmes, pour nous-mêmes. Nous sommes ici acteurs de notre apprentissage, ce qui le rend plus efficace et probablement plus sain. Pour toutes ces raisons, lire nous rend plus libre, car nous développons une pensée unique, qui nous est propre, fruit de notre expérience de lecteur (romans, histoire, philosophie….et autres !), que personne ne pourra jamais nous enlever. Cela n’a évidemment pas de prix.

Tout cela s’entend bien évidemment à condition de ne pas ouvrir un livre à seul fin de confirmer ce que nous pensons à fortiori. L’exemple le plus fameux, le plus macabre et détestable à la fois, est celui d’Hitler, qui lisait, certes, mais uniquement des livres qui allaient dans le sens de ces théories les plus affreuses.

En définitive, si je lis pour apprendre, je suis (et serai) libre!

Et en tant que parent, je me dois de transmettre à mes enfants, depuis tout petit, le goût de la lecture. Ils doivent, notamment, je le crois, apprendre à se mettre au lit avec un bouquin (quel qu’il soit) : cette routine, apprise et assimilée depuis très jeune, restera à tout jamais. Et nos enfants deviendront certainement de meilleures personnes.

En guise de conclusion, une petite anecdote : Il y a peu, nous avons reçu (merci Amazon !) le dernier tome d’une bande-dessinée qu’adore mon fils. Quand je suis rentré dans sa chambre et qu’il aperçut l’objet du désir, il montra tant de joie que je ne pus empêcher quelques larmes de couler sur mes joues ( eh bien oui, nous aussi les hommes nous pouvons pleurer !). Je me suis  dit alors, que nous avions quand même réussi, en partie au moins, l’éducation de nos enfants : s’ils sont capables de s’émerveiller, encore, quand ils reçoivent un livre, c’est que tout va pour le mieux. En ce jour, cela suffit à mon bonheur d’être Papa.

 

Free yourself