Cette fatigue chronique qui nous tue

J’en ai assez, assez de voir des femmes livides, épuisées, sur le point d’imploser.

Je suis furieuse de voir comme on nous manipule , jusqu’à cette campagne de publicité “quiereteme”qu’utilise le Corte Ingles pour vendre ses produits.

Le cancer des femmes modernes , c’est l’épuisement.

Pour quelle raison ? Parce qu’il est à la fois source et aboutissement d’une inégalité flagrante.

Comment pouvons nous rester souriantes auprès de notre compagnon alors que nous sommes sur le point de nous écrouler au coin de la rue?

Pourquoi le simple fait qu’il y ait quelque chose d’imprévu pour notre enfant à emporter le lendemain à l’école nous mette dans un tel état qu’on en vient à nous qualifier d’hystérique ? Quand on voit la liste incroyable de choses à faire dans une journée et comme il faut jongler quotidiennement avec son emploi du temps pour parvenir à n’en réaliser finalement que la moitié….

Combien de tâches invisibles accomplissons-nous sans même nous en rendre compte , et encore moins notre entourage ?

Cette fatigue cumulée est le mal endémique de notre société, auquel nous sommes soumises et qui nous conduit à nous négliger nous mêmes parce que nous manquons de carburant.

Est-ce le prix à payer pour être une “femme libérée” qui accède au monde professionnel autrefois inaccessible à nos grand mères ?

Pour sortir de ce paradoxe “ une femme libérée qui croule sous le poids de ses multiples tâches”, la première étape c’est de nous autoriser des temps de repos. Prendre en compte ses propres désirs, se donner un temps de rituels avant de se coucher, c’est déjà un premier pas, insignifiant mais salvateur.

Allez , au lit !

 

 

Free yourself