Qu’est ce qu’ils vont en dire?

C’est : « son enfant ne peut pas sortir sans être coiffé »;  « celle là c’est une mauvaise mère car elle a laissé son enfant au père plutôt que de le prendre avec elle », « ça ne se fait pas de laisser un nouveau né en couches même s’il naît en aout en pleine chaleur »,  « comment cela, tu ne l’allaites pas ? » , «  si tu sors comme ça , ils vont penser ça … »…

Que diran

Le « qu’en dira-t’on » est une force occulte aux effets pervers qui peut nous paralyser, nous empêcher de faire des demandes, et nous mener à une vie de conformité au détriment de nos propres désirs.

Ce regard des autres peut nous empêcher de vivre librement et il est donc essentiel de s’y opposer.

De toute façon les gens font toujours des commentaires sur les uns ou les autres. Cela fait partie de la nature humaine. Mais que faire pour s’en dégager ?

  • faire ses propres choix et se préparer à assumer les critiques. Si vous êtes sûre de votre décision, ces critiques auront peu d’impact sur vous.
  • Ne croyez pas que quand les gens vous regardent, c’est obligatoirement de façon négative. Pensez plutôt le contraire : ils vous approuvent ! Faites un travail sur votre attitude positive.
  • Ne retenez que l’opinion des personnes qui comptent vraiment pour vous.
  • Lisez et relisez cette petite fable pleine de sagesse :

C’est l’histoire d’un sage dont le fils a honte de sortir de chez lui tant il craint qu’on le trouve laid. Le père lui conseille de ne point tant redouter l’opinion d’autrui et d’aller où son cœur et son idée le portent. Pour appuyer ses dires, les jours suivants il l’emmène au marché. Le premier jour, le père monte l’âne et l’enfant marche à son cote. Au passage, tous deux entendent les badauds critiquer ce père qui oblige son petit enfant à marcher par une telle chaleur.

Le deuxième jour, c’est le garçonnet qui fait le trajet à dos d’âne tandis que le père va à pied. Et cette fois les gens jugent que cet enfant manque vraiment de respect en laissant son ainé marcher tandis qu’il se prélasse.

Le troisième jour, ils arrivent tous les deux à pied avec leur âne au milieu des commentaires : «qu’ils sont bêtes ! Ne savent-ils donc pas à quoi sert un âne ? »

Le lendemain, père et fils arrivent à dos d’âne et les gens expriment leur indignation : il faut être bien cruel pour infliger pareille charge à la bête ! Le cinquième jour ils portent l’âne sur le dos. Au marché tout le monde se moque d’eux et les tourne en ridicule. 

 

Alors le sage dit à son fils : « tu vois, quoi que tu fasses, il y aura toujours quelqu’un pour désapprouver. Aussi, ne te soucie donc pas du jugement des autres, fais ce qui te semble juste et bon. »

Oublions donc le regard des autres!

Free yourself

  1. Sophie

    C’est drôle en lisant cet article j’ai pensé à cette fable avant de la découvrir à la fin du message . Je l’avais entendue par le conteur jihad Darwiche, je vou invite à écouter ses autres contes pour petits et ….grands.
    Nous avons nous les adultes beaucoup à méditer sur ces fables .

    Répondre
    • Isabelle Auroux

      Bonjour Sophie! Merci de l’information. Je ne connais pas et oui les fables sont toujours un bon moyen de reflechir! Tres bonne journée!

      Répondre