Retour en enfance: recommence à poser des questions!

Hand ask

 

Nous avons grandi, nous avons mûri, mais nous conservons souvent en nous quelque chose de l’enfant que nous étions.

C’est un fait que nous ne savons plus être comme des enfants, même avec les nôtres comme si le poids des responsabilités nous en empêchait. Et pourtant ce sont eux les meilleurs enseignants pour notre vie.

Il n’existe pas de « petit maestro » avec comme titrait l’autre jour un journal espagnol et je suis totalement d’accord.

Le grand poète du Romantisme allemand Novalis disait « où se trouve l’enfance, se trouve l’âge d’or ». Un âge d’or où nous ne cessons de grandir, de nous développer et surtout d’apprendre sans effort et tout naturellement.

Et si nous essayions de réapprendre de cet enfant qui sommeille en nous, tout simplement en nous reconnectant ?

Premier point à réviser : oser demander quand on ne sait pas

 « Pourquoi, pourquoi, mais pourquoi ? » Ces trois ou quatre « pourquoi »qui se succèdent et nous laissent sans ressources…mais ce sont ces pourquoi qui poussent à l’apprentissage et surtout qui témoignent d’une absence de préjugés et d’une avidité de connaître. C’est cela qui me semble essentiel pour pouvoir accéder à l’enfant qui est en nous.

Demande, ne te lasse pas d’interroger, mais sois un expert dans un certain type de questions : les questions ouvertes qui sont comme une baguette magique pour apprendre. Mais attention, il se peut que l’adulte en toi tente de reprendre le contrôle et, à partir de sa puissante capacité de jugement qui vient de son expérience,  se mette utiliser seulement des questions fermées, celles qui débutent par un verbe isolé et cherchent à confirmer ou infirmer une idée préconçue.

Je garde le souvenir d’une anecdote très instructive dans mon vécu professionnel de consultante commerciale : j’interrogeais un Directeur Général sur les raisons qui le poussaient à vouloir changer les comportements de ses commerciaux : «  pourquoi maintenant ? Et en réalité pourquoi est-ce si important pour vous ? ». Il se fâcha et me fit remarquer que cette question était inappropriée compte tenu de la situation économique en Espagne qui touchait précisément son secteur. Je me sentis idiote et presque coupable de ma question mais je lui expliquai que, pour pouvoir lui donner le meilleur en tant que consultante, j’avais besoin de connaître sa réponse à ma question. Et finalement, je recueillis tellement d’informations que je parvins à lui faire une proposition parfaitement adaptée à ses besoins et qui allait bien au-delà de qu’il envisageait pour résoudre les véritables difficultés qu’il rencontrait.

 

Pose des questions, entraîne-toi aux questions ouvertes, ne tombe pas dans des conversations superficielles et surtout n’aie pas peur de paraître ignorant ou stupide car la vraie bêtise, c’est de ne pas poser de questions.

Allez, retrouve un regard neuf et pose des questions !

 

Free yourself